Brice Blanchard, formateur en marketing digital nous partage son expérience en confinement - Actualités Angers - MBway
votre-ecolememe-a-distance-2

Brice Blanchard, formateur en marketing digital nous partage son expérience en confinement

Durant cette période de confinement, les intervenants ont dû s’adapter, Brice Blanchard formateur sur les thématiques du marketing digital a accepté de nous partager son quotidien en ces temps.

  • Comment se passe votre confinement ?

Plutôt bien pour l’instant. Même si le fait de rester chez soi est un peu pesant avec le joli soleil de ces derniers jours. Nous respectons scrupuleusement le confinement et nous limitons au strict nécessaire les sorties de notre logement. Ce qui est agréable, c’est qu’avec la fin de l’hiver, je redécouvre mon appartement à lumière du jour. 

 

  • Quel est votre ressenti sur les cours à distance ?

Une vraie surprise ! A l’annonce de la fermeture des écoles, il y a maintenant deux semaines, je me suis vraiment demandé si la formation à distance allait être opérationnelle. Mais également si les réseaux internet allaient suivre. Finalement, dès le premier jour j’ai été rassuré par la capacité de TEAMS (notre plateforme pour les classes virtuelles), l'outil à absorbé les connexions de 30 participants simultanément. Les retours des élèves sont excellents à l’issue des cours et je trouve même quelques avantages par rapport au présentiel. En effet, les élèves ne peuvent plus discuter entre eux et c’est un vrai plus pour leur concentration.

 

  • Comment vous êtes-vous adapté(e) aux cours à distance ? Quelles sont vos « routines » lorsque vous avez une journée de cours à distance ?

Je démarre ma journée plus tôt. Ce qui n’est pas un souci, vu qu’en télétravail, je n’ai pas de temps de transport. Cela me permet ainsi de tester les connexions, la caméra ou le micro. Le challenge chaque matin est que tout soit opérationnel avant que les élèves ne se connectent à la classe virtuelle. Je prends le temps également de démarrer mes sessions par un échange informel sur leurs ressenti par rapport au confinement. Certains élèves sont dans leurs petits studio depuis le début du confinement et se retrouvent donc seul et éloignés de leurs familles. Si avec la classe virtuelle, cela peut les aider à se sentir moins seul, j’en suis ravi.

 

  • Quels sont les avantages et les inconvénients du « campus connecté » ? Avez-vous des difficultés, des bonnes surprises et des anecdotes à partager ?  

La principale adaptation a été de prendre conscience qu’il n’y a plus d’interactions physiques avec les élèves. C’est donc plus difficile pour nous, d’observer les réactions des élèves sur leurs visages. C’est pourtant ce qui m’aide à repérer les moments de décrochage où de ressentir si je n’ai pas été assez clair dans mes explications. Pour cela, j’ai revu mes cours en amont afin de favoriser les réactions à distance. J’utilise les fonctionnalités de notre plateforme visio au maximum, notamment en réalisant des quizz via le chat annexé au cours. En quelques secondes les élèves répondent simultanément en choisissant la réponse adéquate et cela donne un retour immédiat sur leur humeur ou même la compréhension qu’ils ont du cours. Pour l’anecdote, et c’est amusant, c’est que les élèves sont plutôt naturels car ils sont souvent dans leur chambre avec leur ordi. J’ai eu un vrai fou-rire lorsqu’une élève à pris la parole. A ce moment-là son image est apparue à l’écran principal et je n’avais pas remarqué que depuis le début du cours, elle était habillée en pyjama intégral d’un personnage Disney. Ça nous a détendu pendant quelques minutes. On a même parlé déco de nos intérieurs durant les inter-cours… 

 

  • Avez-vous des conseils à donner aux autres étudiants ou intervenants ?

La clef pour réussir une formation à distance sur une plateforme c’est de s’approprier l’outil en amont du premier cours. J’ai travaillé avec mes collègues formateurs durant deux jours pour tester la plateforme et ces différentes fonctionnalités. Nous avons animé à tour de rôle des fausses classes virtuelles où chacun, tour à tour, devenait prof ou élève. Nous avons pu nous approprier ainsi les fonctions de chat, ou de partage d’écran. Ce qui est top avec notre plateforme, c’est notamment de pouvoir créer des sous-groupes d’élève dans une même classe virtuelle. Cela permet de regrouper les élèves par petits groupes dans un mini salon virtuel où ils travaillent ensemble, de façon collaborative et à distance. Et moi, en tant qu’enseignant, je vais de salon en salon pour les aider et faciliter leur apprentissage. Sur ce point, c’est même mieux qu’en cours présentiel où les élèves sont tous dans la même salle, et cela génère beaucoup de bruit. Avec ce fonctionnement, chaque groupe est isolé et peut se concentrer collectivement sur son exercice.