Formation pour devenir chasseur de tête - MBway
Ressources Humaines
Ressources Humaines

Chasseur de têtes

Comment devenir Chasseur de têtes ?

Pour devenir Chasseur de têtes, ou headhunter, et mettre en œuvre une politique de recrutement de personnel de haut niveau, il est nécessaire de suivre un cursus lié aux sciences humaines et ressources humaines, au management et développement stratégique d’entreprise et au juridique, idéalement complété par une expérience professionnelle via l’alternance (apprentissage ou stage) dans l’environnement de l’intérim, des cabinets de recrutement, ou des services RH dédiés, comme le MBA Management des Ressources Humaines, qui vous permettra d'acquérir toutes les compétences nécessaires à cette mission prépondérante de RH Business Partner et de devenir un Chasseur de têtes professionnel.

Les objectifs du Chasseur de têtes 

En entreprise comme en cabinet spécialisé, il recherche et sélectionne les profils middle et top management à forte valeur ajoutée et généralement déjà en poste, tant au niveau national qu’international. Dans un contexte très concurrentiel, il doit également chercher les têtes sur des marchés pénuriques. 

Pour le compte de sa société ou de son commanditaire, le Chasseur de têtes est chargé d’éviter les erreurs de recrutement aux multiples impacts : coûts directs de sélection, d’intégration et de formation, baisse de productivité de l’entreprise, mais aussi coûts indirects liés à la démotivation due la surcharge des équipes en place et atteinte à l’image employeur.

Le Chasseur de têtes connaît parfaitement les bassins d’emplois, les secteurs d’activité, les caractéristiques des postes à pourvoir et intègre l’ensemble des besoins et contraintes de ses "clients", avec lesquels il définit le portrait du candidat idéal :

  • Niveau de formation et d’expérience,
  • Compétences clés techniques et sociales,
  • Profil managérial,
  • Système de valeur,
  • Motivations et ambitions …

Une fois les meilleurs profils identifiés, son objectif est de rentrer en contact direct et persuader ses interlocuteurs de l’opportunité qui s’offre à eux. Il s’agit de ne pas rater la première impression !

Tout au long du process, le Chasseur de têtes exerce sa vision de l’adéquation poste/candidat, organise tests et entretiens et rend compte de ses avancées jusqu’à fournir une short-list de CV hyper qualifiés. Il devient un manager polyvalent et sur tous les fronts.

Pour les postes à hautes responsabilités ou métiers en tension, son rôle est parfois étendu à l’accompagnement du nouvel embauché dans ses fonctions, jusqu’à la validation de sa période d’essai. Il peut ainsi devenir un réel manager pour les têtes recrutées.

Un maitre mot : Proactivité

Expert en stratégie d’OpenSourcing, le Chasseur de têtes peut s’appuyer sur des technologies pointues de recherche et de gestion des candidatures comme l’OpenWeb ou l’Applicant Tracking System, mais, la chasse de têtes est d’abord une approche directe. Les hauts potentiels, les têtes convoitées, postulent rarement d’eux-mêmes aux offres en ligne et n’y déposent pas leurs CV.

Le Chasseur de têtes ne cherche pas les compétences rares tous azimuts, il ne passe pas d’annonces sur les jobboards traditionnels et ne confie pas son recrutement aux algorithmes. Il devient un chasseur sur mesure, en fonction du cahier des charges unique et exigeant de son donneur d’ordre, à qui il fait gagner un temps précieux. C’est pourquoi, il doit effectuer une veille permanente, connaitre les entreprises employant des cadres à haut potentiel, alimenter son carnet d’adresses et activer ses réseaux personnels et professionnels, bref, se montrer proactif. Identification d’un potentiel candidat, recherche de ses coordonnées, entrée en contact direct, …. Il doit d’amblée devenir persuasif.

Avec conviction, il sait se démarquer, devenir une personne de confiance et convaincre les têtes qu'il cherche à recruter. Il "vend" le poste et met en avant les bénéfices à rejoindre une nouvelle entreprise et relever un nouveau challenge (niveau de responsabilité, salaire, avantages, réputation …).

Maturité professionnelle

Les compétences nécessaires à l’exercice de cette profession sont multiples et exigent une grande maturité professionnelle. Ce n’est pas affaire de feeling ! Outre les outils de scoring et de matching très performants, le Chasseur de têtes doit recueillir des informations objectives et vérifiables sur les résultats du candidat et sur la manière dont il a pu les atteindre. Sans exclure totalement intuition et sens de la psychologie, sa méthodologie est rigoureuse et il ne se fie pas à ses premières impressions. Il sait écouter et comprendre, il est empathique mais reste centré sur ses objectifs.

Où exercer ce métier ?

Certaines grandes entreprises, dotées d’un service RH structuré, disposent de chargés de recrutements hautement qualifiés. Néanmoins, trouver un profil très spécifique peut s’avérer difficile, long et coûteux, c’est pourquoi la fonction est fréquemment externalisée. Les Chasseurs de têtes  font souvent partie d’agences d’experts ou de grands réseaux internationaux comme COOPTALIS ou PAGE PERSONNEL.

Perspectives d'évolution

Après quelques années d’expérience, le Chasseur de têtes passe du statut de « junior » à celui de « confirmé ». Les évolutions de carrière envisageables sont l’accession au management d’une équipe de recruteurs ou d’un service de développement des ressources humaines dans une grande entreprise. Il est aussi possible de devenir indépendant et de créer un cabinet d’headhunting ou d’outplacement des cadres et dirigeants. Audit de compétences, développement personnel, coaching, bilan professionnel… sont des disciplines souvent associées.

Sur un marché de l’emploi globalisé et d’impératif de mobilité professionnelle, la digitalisation transforme les métiers du recrutement qui sont eux-mêmes en permanente mutation. Le Chasseur de têtes doit ainsi être capable de devenir un manager innovant en s'adaptant aux dernières tendances de son secteur.

Témoignage

Clémentine, Alumnus 2020 recrute cadres et ingénieurs chez Meritis, conseil en transformation digitale spécialisé dans la finance de marché : « Savoir recruter des hauts potentiel, qu'on appelle des têtes, demande davantage de flexibilité et d’audace. Il faut savoir faire face à une concurrence accrue des autres entreprises et donc trouver les éléments différenciants pour le candidat s’il était amené à rejoindre notre société. Devenir Chasseur de têtes c'est un jeu de séduction bilatéral qui est très challengeant et enrichissant. On doit aussi bien assurer nos tâches auprès des entreprises qu'auprès des têtes.»

Formation(s) liée(s)