Mickaël-Vaizand

Mickael Vaizand

Cadre expert chez GRDF, Lyon

Mickael Vaizand travaille chez GRDF depuis 2008. Aujourd’hui expert à la Délégation de Sécu Industrielle chez GRDF, il accompagne un de nos étudiants MBway dans le cadre de son alternance. Nous avons pu échanger avec lui au sujet de son parcours, de son regard sur l’alternance et de son rôle de tuteur.

Retrouvez ci-dessous son témoignage.

 

Pouvez-vous vous présenter et nous parler un peu de votre parcours ?

« Mickael Vaizand, je suis marié et j’ai 3 enfants. J’ai intégré GRDF 2008, après un Diplôme d'études supérieures spécialisé en histoire/géo – aménagement du territoire et Système d’Information Géographique. Sorti de la fac, je suis rentrée dans une start-up parisienne qui travaillait sur les systèmes d’information géographiques.  

1 an, 1an et mi après, j’ai occupé un poste de consultant externe pour GRDF sur Reims puis sur Chalon sur Saône, pour les accompagner dans la mise de leur système géographique :

  • Écriture de la documentation d’information du système géographique
  • Mise en place du process de déploiement
  • Dispense de formations pour les collaborateurs. »

 

Et votre carrière chez GRDF, comment a-t-elle commencé ?

« J’ai répondu à une offre d’emploi chez GRDF en tant que Cadre patrimoine (immatériel) pendant 6 ans : je faisais de l’audit sur des régions voisines, je travaillais au déploiement d’outil de visualisation cartographique qui est toujours utilisé aujourd’hui, et j’effectuais des requêtes et analyses dans les bases de données à Lyon.  De retour à Chalon-sur-Saône, toujours sur le même poste, j’ai pu gérer un groupe de cartographes et de topographes. On a mené divers projets ensemble.

À la suite d’une réorganisation, j’ai changé de poste pour devenir adjoint de chef de groupe de la région sud-est : on a mis en place le nouveau groupe de cartographes et topographes de cette région.

J’ai pu évoluer en interne sur des postes différents avec (ou pas) des mobilités géographiques, jusqu’à ce que j’intègre le service la Délégation de Sécu Industrielle en juillet 2020.

 

C’est quoi précisément, travailler à la Délégation de Sécurité Industrielle ?

C’est un pôle d’expertise au service des délégations de personnes qui travaillent sur le terrain. J’ai un véritable rôle d’accompagnement et travaille sur deux projets principaux :

  • La sécurisation branchement
  • La maîtrise des flux

Il y a des branchements collectif (immeubles petits et grands) tracés. La gestion de la Maintenance assistée par Ordinateur sert à faire de la maintenance pour repasser sur ces tracés et vérifier que tout va bien. A chaque création, renouvellement et abandon, une dépense est associée à cet acte. On maîtrise les flux en répertoriant chaque acte. Tout est détaillé scrupuleusement.

Dans mon métier, il n’y a pas de routine. C’est là tout l’intérêt : des challenges réguliers. »

 

En tant que tuteur/rice, pouvez-vous nous parler de votre quotidien avec votre alternant ?

« J’ai déjà au plusieurs alternants par le passé. Haram est arrivé en septembre.

C’était important de lui donner de l’autonomie et du « pouvoir ». La maîtrise des flux est un chantier plutôt complexe, accompagné de ressources intérimaires et alimenté d’un certain nombre d’écart. L’idée était que mon alternant soit celui qui forme les ressources intérimaires et les fassent monter en compétences.

Je souhaite que mon alternant prenne tout ce qu’il a à prendre de mes expériences pour monter en autonomie sur le pilotage de projet et s’inscrive dans une logique d’apprentissage de tous les savoirs-être.

C’est un binôme qui fonctionne. Il y a une belle évolution entre la première et la deuxième année, où nous travaillons dans un système plus ouvert et autonome. Tout le monde y trouve son compte. Nous avons une relation de confiance, ce qui permet à Haram de bien évoluer.

Aujourd’hui, il est assidu, force de proposition et autonome. Il œuvre, il fait. Prochaine étape : apprendre à dire non ! »

 

Quel regard portez-vous sur l'alternance ?

« D’un point de vue général, j’y suis plutôt favorable. L’apprentissage permet de découvrir la réalité de la vie d’entreprise, l’échange avec les gens, la pratique. Pour les jeunes, ils sont au contact d’entreprises et de tuteurs, ce qui leur permet de s’enrichir davantage d’un enseignement. »

 

Un petit mot sur MBway ?

« Je suis très satisfait de l’accompagnement proposé par l’école. Il y a régulièrement de la com’ ce qui est un bon point. »